Parmi les films que j’ai eu l’occasion de voir depuis le début, aucun ne m’a autant marqué que Les Enfants Loups, Yuki et Ame.
Certes il y a eu de bons films dans les blockbusters annoncés, de moins bons, des navets…

La semaine dernière, j’avais prévu un ciné avec une de mes amies. Pour le coup je pensais aller voir The Expandanbles 2 afin d’avoir ma dose de testostérone annuelle… Mais voilà, refus catégorique de ma partenaire de ciné. Retour à la case départ, nous checkons respectivement les nouveautés à l’affiche, et voilà qu’elle me propose une comédie américaine légère The Campaign (Moi député)… Pourquoi pas, mais contre-proposition quelques minutes plus tard. L’anime japonaise nous avait séduit tous les deux.

Bref, je ne suis pas là pour vous spoiler la fin du film, mais de mon ressenti…
Nous sommes arrivés à 19h à l’UGC de La Défense, petit détour pour acheter quelques cigarettes, un batonnet Häagen Dazs caramel noix de macadamia, délicieux au passage, et nous voilà dans la salle.
Nous étions mercredi, jour de sortie de l’anime dans les salles françaises, et de ce fait la salle était bondée. Le film étant en VOST, il y avait beaucoup de japonais dans l’assemblée, des okatus et puis nous.
Extinction des feux, le film débuta…

Malgré un dessin un peu brut auquel je n’étais pas habitué, je fus rapidement conquis par le conte, l’histoire d’une jeune maman et de ses deux enfants. La bande son est magistrale, vous donne la chair de poule, et s’adapte parfaitement à l’histoire… J’aurais été aveugle, cette bande son m’aurait suffit…
Nous sortons deux heures plus tard, l’esprit et le coeur léger, encore remplis de ce chef d’oeuvre plein de poésie. Mon amie les yeux encore rouges de larmes, et les miens tout autant humides.

Pour conclure, si vous aimez les animations japonaises, la poésie et la musique classique, ce film est pour vous.

Les Enfants Loups, Yuki et Ame
Un film de Mamoru Hosoda, avec la participation de Aoi Miyazaki
Durée 1h57min.